RICHARD PATROSSO

                                                                                           LE LIVRE DE RÉFÉRENCE
 

 
LOUIS ROSTOLLAN PAR ANDRÉ DARRIGADE

Voici un extrait de la préface écrite par André Darrigade :

Le récit qui suit n'est pas l'autobiographie d'un homme. Le livre que vous tenez entre vos mains est une encyclopédie. Une véritable encyclopédie. Celle d'une partie de l'Histoire du vélo. L'une des plus belles du cyclisme français. Qui pouvions-nous trouver de mieux, pour nous la conter, que Louis Rostollan ? Le Grand Louis. [...]

Oui, c'est vrai. Louis est certainement passé à la postérité pour avoir sauvé Jacques, un matin, dans le Port d'Envalira. […] Savait-il qu'il écrivait une partie de l'Histoire ce jour-là ? Cinquante et un ans déjà !

Cinquante et un ans. « 51 ». Comme le dossard que portait Jacques au Tour d'Italie en 1960. [...] Je ne vais pas vous raconter l'avant-dernière étape de ce Giro. Louis s'en charge lui-même. […] L'histoire de ce célèbre dossard commence ce jour-là, sur la pente abrupte du terrible Gavia. Grâce à un certain Louis Rostollan.

[…] Louis fut un coureur courageux et honnête. Un très bon équipier, mais pas seulement !

Louis Rostollan fut aussi un grand champion. Trente-huit victoires en attestent. Dois-je les énumérer ? Ce serait révéler un peu de ce livre. […] Je tiens simplement à confirmer que chacune de ses courses gagnées étaient difficiles, très difficiles, dures à aller quérir.

Pour certaines d'entre elles, je dois quand même préciser que j'étais là. Premier témoin. Et acteur aussi. Comme au Tour de Romandie 1960. Tous les jeunes connaissent cette épreuve. Aujourd'hui, c'est une référence. Des hommes qui ont gagné le Tour de France, le Giro d'Italia, la Vuelta a España, ont inscrit cette course à leur palmarès. Dois-je rappeler qu'à notre époque, déjà, il s'agissait d'une grande course ? Sélective. Très dure. Louis l'a gagnée deux fois. Coup sur coup. Devant des noms prestigieux. Des noms de coureurs qui ne sont plus à présenter. Vous les découvrirez dans le livre. [...] Mais je me dois de mentionner qu'il détint le record de victoires de la course suisse pendant vingt-six ans. Seuls Ferdi Kübler, Jean Forestier, Vittorio Adorni et Gianni Motta avaient fait alors aussi bien.

Des épreuves de ce genre, il en a gagné d'autres. En France. Sur les routes difficiles des Alpes. En empruntant des cols qui l'ont amené à la hauteur des aigles. Il a dominé le peloton du Critérium du Dauphiné Libéré. C'était en 1958. Pour sa deuxième participation. Il n'avait que vingt-deux ans et était encore à l'armée. [...]

Louis, vous l'avez compris, était un grimpeur, un authentique grimpeur. Il aurait mérité d'être considéré comme le grand rival des dieux ailés. N'était-il pas celui qui roulait pour notre équipe en montagne ? N'a-t-il pas battu Federico Bahamontes et Charly Gaul sur leur terrain au Tour de Romandie 1961 ? Ne les a-t-il pas épuisés en travaillant pour ses leaders sur les pentes les plus raides ?

Il a appartenu à la plus grande équipe de son époque. L'ACBB. Et a couru pour elle les plus grandes courses. Ça aussi, il fallait le faire !

Je sais. Vous aussi, vous foncez sur mes lignes comme une pétrolette pour arriver à son récit. Celle de sa vie. De son époque. Qui vous a fait rêver ou que vous n'avez pas connue. Que vous avez envie de revivre ou de découvrir. Oui, c'était une belle époque ! Le cyclisme était moins international, mais les champions ne manquaient pas. Les courses dépassaient facilement les deux cent cinquante kilomètres. Parfois les trois cents. Même à la fin du Tour de France. Les exploits se succédaient. Les victoires étaient épiques. Aujourd'hui, tout le monde en parle avec admiration. Parfois avec nostalgie. Louis Rostollan vous les conte comme si vous y étiez. Profitez ! Régalez-vous ! Laissez-vous entraîner par son rythme ! Ne lâchez plus sa roue ! Vous êtes au cœur de la légende. Bras dessus, bras dessous, les mains sur le guidon, comme l'exige le règlement, vous gravissez les plus hauts sommets. Avec Louis, avec moi, avec les autres. Tous les autres. Personne ne manque. Tous les plus grands champions sont là. Aucun coureur n'est oublié. De la course de village à la plus dure des courses à étapes, nous revivons l'âge d'or du cyclisme français. Au fil des kilomètres, des chevauchées, des drames, des joies, des peines, des victoires, des regrets, nous redécouvrons les merveilles de l'Histoire. C'est sans crainte et avec plaisir que je vous souhaite une bonne lecture ! Elle vous ravira. J'en suis sûr !

André Darrigade

Champion du monde de cyclisme en 1959

Vainqueur de vingt-deux étapes du Tour de France

 



Créer un site
Créer un site